Une entreprise calédonienne

Les trois provinces calédoniennes détiennent 34% du capital

03_vision_sln_0.jpg
Les  trois provinces, à travers la Société Territoriale Calédonienne de Participation Industrielle (STCPI) qu'elles codirigent, détiennent une participation de 34 % dans le capital de la Société Le Nickel - SLN.

ERAMET détient 56 % et le principal client japonais de la SLN, Nisshin Steel, dispose de 10 %.

Par ailleurs, la STCPI détient 4 % des actions du groupe ERAMET.

La STCPI est composée de :
  • Promosud, le levier financier de la province Sud (50 % des parts),
  • Nordîles, association de la province des Iles (à travers la Sodil), et de la province Nord (50% restants).
 
La Nouvelle-Calédonie dispose ainsi de quatre représentants au conseil d’administration de la SLN et de deux représentants à celui d'ERAMET afin de participer directement aux décisions majeures de l'entreprise, dans l'intérêt de tous et avec une attention permanente au rééquilibrage nord-sud.
La STCPI soutient le développement de la SLN et la conseille dans sa gestion des problèmes sociaux.
Chaque année, la STCPI perçoit, en fonction des résultats, des dividendes qui profitent à l’ensemble de la population locale. Leur répartition est calculée de sorte à permettre un rééquilibrage en faveur du Nord mais aussi des Iles Loyauté lesquelles ne possèdent aucune mine de nickel.


Depuis 2 000, année de la création de la STCPI, la SLN lui a versé plus de 40 milliards CFP de dividendes.

Le pacte d'actionnaires au sein de la SLN, entre la STCPI et le groupe ERAMET a été renouvelé. Les deux parties ont décidé, d'un commun accord, de le reconduire pour une nouvelle période, allant jusqu'au 31 décembre 2016.
 

La 7e génération de Calédoniens

La 7e génération de Calédoniens travaille aujourd’hui  à la SLN. Les « Générations SLN », sont ces hommes et ces femmes venus de divers horizons et issus de communautés différentes dont l’histoire s’entrecroise avec celle de la SLN, Société calédonienne devenue multinationale, partie intégrante du pays qui l’a vue naître.


Ces générations de mineurs et de métallurgistes qui sont derrière l’outil et forgent leur pays tout en préparant les prochaines générations à prendre la relève au nickel.
Les descendants de ces pionniers se sont parfois retrouvés sur les sites miniers où leurs pères  avaient contribués à l’avenir de leur terre d’accueil. Toutes ces communautés ont profondément marqués le paysage humain et culturel de la Nouvelle-Calédonie, cloisonnées jusque dans les années 1950, elles vont s’intégrer les unes aux autres. Beaucoup de mariages mixtes vont contribuer à la naissance de cette population si variée et colorée, symbole du destin commun. C’est en quelque sorte grâce à la SLN  qui a attiré, par nécessité, toutes ces communautés en terre calédonienne, que la Nouvelle-Calédonie présente cette extraordinaire originalité du mélange des cultures, au sein du monde océanien.

 La SLN et ses employés ont ainsi traversé le temps depuis 1880. A chaque fois, les salariés ont su montrer le meilleur d’eux-mêmes au cours des évolutions industrielles et technologiques, par leur capacité à être créatifs et innovants, prêts à se remettre en cause pour être précurseurs au plan commercial, technique, économique, environnemental ou social.

L'initiative est une constante dans l'histoire de la SLN. C'est un état d'esprit hérité de ce XIXe siècle où la curiosité scientifique et la quête du savoir étaient des vertus recherchées. Jules Garnier, qui n'est pas seulement le nom d'un lycée à Nouméa, a incarné complètement cette époque. Il n'est pas simplement l'ingénieur qui découvrit le minerai de nickel et qui a mis au point, en 1873, le premier procédé de fusion, il est aussi le co-fondateur de la société Le Nickel à qui il a transmis ses gènes... l'esprit d'initiative...
jules-et-son-esprit.jpg

C’est ça la SLN, créée en 1880 ! Et résolument tournée vers l’avenir...
 
tous-SLN.jpg
Les générations SLN s’affichent sur le site industriel de la SLN à Doniambo
Ici, la famille Burck

 

Une exposition sur les « Générations SLN » à Doniambo

 
expo-generations-sln.jpg
Panneaux de l’exposition sur la famille Médard et la famille Abdelkader
 
En 2015, la SLN  a ouvert ses portes a plus de 1 700 visiteurs durant 3 journées les 10, 11 et 12 septembre 2015, autour du thème des « Générations SLN », célébrées à cette occasion à travers une exposition de photographies.  52 familles du pays qui comptent au moins 3 générations successives de salariés SLN, se sont prêtées au jeu et laissées photographier par le talentueux Stéphane Ducandas* dans leur environnement quotidien.   Et pour pérenniser ce travail sur la mémoire, les photos sont toutes compilées dans un bel ouvrage sur les Générations SLN. L’historien Gabriel Valet* en a écrit la partie concernant l’arrivée des communautés dans le pays et à la SLN, quant à Bernard Berger* il a illustré les 10 temps forts de l’histoire de la SLN depuis 1880 en 10 planches de bande dessinée.
 
generations-sln-bd.jpg


 
Les contributeurs du livre : 
  • ​*Stéphane Ducandas, photographe à Nouméa spécialisé dans le Grand reportage a saisi les familles dans leur cadre de vie,
  • *Gabriel Valet, Historien, président de la Société des Etudes Historiques de Nouvelle-Calédonie,
  • *Thomas Douchy,  installé en Nouvelle-Calédonie,  exerce le métier de Caméraman pour des productions locales et extérieures, a capté la mémoire et les anecdotes de 11 familles SLN,
  • *Bernard Berger, né en 1957 à Nouméa, scénariste et dessinateur de bandes dessinées calédonien, créateur de la Brousse en folie, a dessiné les 10 temps forts de l’histoire de la SLN depuis 1880 en 10 planches de bande dessinée.
 
Couv-livre.jpg
Couverture du livre « Générations SLN »

 
Le livre des « Générations SLN » est consultable en ligne. Et pour que l’exposition profite au plus grand nombre, elle s'est déplacée dans plusieurs villages miniers, en passant par la foire de Koumac, le Vieux village deTiébaghi, à Pouembout, Thio et Boulouparis, à Canala, Poya, Houaïlou et Koné. Plus de 1000 visiteurs sont venus découvrir les Générations SLN à côté de chez eux.

Dans le cadre des Journées Portes-ouvertes, la SLN avait lancé un concours photo sur le thème des photos de famille.

LES PHOTOS DE FAMILLE DU JEU