Les actions biodiversité : connaître pour mieux protéger

Inventaire préalable de la faune et de la flore
13_actions.jpg
La protection commence par la connaissance. L'étude et la connaissance du maquis minier permettent de toujours mieux respecter et protéger la biodiversité existante (maintien du fonctionnement des écosystèmes, protection des espèces rares, régulation des espèces invasives), de mieux maîtriser les impacts (création de sites observatoires et conservatoires, reconstitution d'un milieu favorable, amélioration de la gestion des eaux, revégétalisation), et enfin de mieux sensibiliser et former à la préservation de la biodiversité.
14_actions_0.jpg
Un inventaire de la faune et de la flore sur l'ensemble des sites miniers a été mené à bien par différents bureaux d'études pour le compte de la SLN. Des spécialistes, dont certains de renommée mondiale comme Anthony et Viviane Whitaker pour les reptiles, se sont succédé ces dernières années sur les massifs miniers afin d'en dresser un inventaire le plus fidèle possible.
Parce qu'on protège mieux ce que l'on connaît, cet inventaire est une étape capitale dans la prise en compte de l'environnement floristique et faunistique sur les mines. « C'est un engagement que nous tenons depuis des années, surtout dans un environnement comme la Nouvelle-Calédonie où 90% des espèces sont endémiques ! » précise Frédéric Bart, chef du département environnement.
 
Conservatoires botaniques
La SLN protège environ 850 hectares de maquis et forêts minières grâce aux 5 parcs de protection de la biodiversité qu'elle a créés dans la vallée de la Tontouta et tout autour du massif de Tiébaghi.
15_actions.jpg
Trois conservatoires botaniques ont été définis sur les bords du massif de Tiébaghi (au nord et à l'ouest) pour préserver les espèces existantes. Des travaux hydrauliques ont été réalisés sur le lit mineur du creek pour réduire l'érosion régressive des berges. Un programme de revégétalisation par hydro-seeding et par plantation d'espèces endémiques a également été mis en place.
Au total ce sont près de 850 hectares qui sont préservés en conservatoires et en parcs de la biodiversité par la SLN.