Le travail sur mines

Les gisements de minerais oxydés de la SLN sont exploités à ciel ouvert. Ils se situent entre 200 et plus de 1 000 mètres d’altitude. Aujourd’hui, la SLN dispose de 5 mines en activité : Thio, Kouaoua, Népoui Kopéto, Tiébaghi et Poum et de 9 sites « tâcheronnés » (exploités par des sous-traitants et entreprises locales).
02_Process_minier_0.jpg
La phase de décapage
Elle consiste à éliminer d'abord la partie supérieure du sol constitué d’une croûte de fer et de latérites rouges qui peut atteindre jusqu'à 50 mètres. Le top soil ou terre végétale lorsqu’il y en a est mise de côté pour utilisation future lors de la revégétalisation.

L'extraction

Sur les carrières en gradin, les pelles rétro ou en butte sélectionnent et prélèvent le minerai, puis chargent des "dumpers", des camions de 50 à 100 tonnes. Ces géants, dont les roues peuvent mesurer jusqu'à 2,50 mètres de diamètre, descendent leur cargaison vers le « triage » ou le traitement des minerais. 
03_Process_minier_0.jpg
Le stockage des stériles

Les éléments stériles sont stockés sur des sites contrôlés, le plus souvent d’anciennes carrières, et spécifiquement dédiés aux verses à stériles. Un système étudié et mis en œuvre par la SLN permettant un stockage stable, solide et durable et supportant les eaux de ruissellement, même lors de cyclones.
image_0.jpg
Sélection et tri du minerai

Sur les centres miniers sans « laverie », une pelle à roues alimente les installations de triage des minerais. Il s’agit le plus fréquemment de cribles à barreaux rotatifs, suivis de trommel et de concasseurs. Le « trommel » est  une sorte d'immense machine à laver au tambour de 15 m de long sur 3 de diamètre qui sépare, au cours du mécanisme d’écroutage et de desquamage (désagrégation), le minerai marchand, des stériles. La volonté est toujours d’optimiser la ressource naturelle en exploitant les minerais de très basse teneur: 1,6% au minimum.



Au cœur du trommel
05_Process_minier_0.jpg
L’analyse qualité

Des échantillons destinés au laboratoire sont prélevés régulièrement au fil de la journée de travail et permettent, après analyses, de vérifier les teneurs en nickel et de guider les actions du terrain. Le minerai exploitable est alors dirigé vers la côte, souvent par de grands convoyeurs (Kouaoua), ou des téléphériques (Camps des Sapins) puis des camions, puis chargé par un transbordeur sur des bateaux minéraliers qui les emmènent vers l'usine pyrométallurgique de Doniambo.
06_Process_minier_0.jpg
Gestion de l’environnement

L'ouverture et l'exploitation d'une mine prennent en compte son environnement socio-culturel et la biodiversité : en sécurisant les abords des zones de travail, en stockant rationnellement les produits stériles, en contrôlant les eaux de ruissellement et en prévoyant, pendant et après l'activité, selon les critères des spécialistes, la revégétalisation du site par des espèces spécifiques et  adaptées aux terrains miniers.